Dans les Hautes-Pyrénées :

Inscrits Exprimés Aubry Hamon  Royal
National 1141 837 357 222 258
42,7% 26,5% 30,8%
Fédéral Piaser Paddeu Laval
1141 834 388 203 243
46,5% 24,3% 29,2%

Comparaison Motions / Premier Secrétaire :

Le vote sur les motions avait permis à la motion E d'obtenir seulement 16,7% des voix. C'est donc une magnifique et extraordinaire progression entre les deux votes.

Souhaitons que pour le deuxième tour de ce soir les militants appellent de leurs voeux le changement de ce Parti Socialiste, et son renouvellement, tous deux incarnés par Ségolène Royal au niveau national.

Laval_fredericLe PS dans les Hautes-Pyrénées :

Mes chances de succès local sont faibles mais l'objectif de contraindre les fabiusiens à un second tour est déjà atteint.

La motion C fait mine de s'opposer, et pousse des cris "à gauche, à gauche".

Mais localement certains de ses leaders vont à la soupe avec les fabiusiens et se couchent derrière le pouvoir en place !

Je ne crois pas que cette méthode soit celle des militants qui soutiennent avec conviction cette motion. Je pense que ces militants souhaitent eux réellement le changement et pas l'instrumentalisation de manoeuvres.

La soupe : Un poste de Conseiller Régional promis pour l'un des leaders locaux de la motion C par la direction sortante est certainement l'un des objectifs de cette hypocrisie faite aux militants. Etant donné tous ceux à qui une telle promesse a été faite, je rigole à l'avance du résultat !

Changer vraiment : Ma proposition, faite samedi le jour du Congrès à Patrick Paddeu, de le soutenir s'il arrivait en tête entre nous deux était honnête. En effet, je leur disais : '"Vous êtes arrivés devant notre motion le 6 novembre. Vous avez toutes les chances d'être devant moi le 20 novembre. Si c'est le cas j'appelle à voter pour vous."

Je pense que les militants de nos deux motions auraient accepté une telle solution si elle leur avait été proposée.

Je l'ai fait pour la motion E en Assemblée Générale et elle a été majoritairement retenue.

Si vraiment ces leaders locaux voulaient changer, et améliorer le fonctionnement du Parti Socialiste dans le département, ils auraient accepté cette proposition qui leur était favorable. Ils l'auraient au moins proposée aux militants qui les soutiennent.

Ils l'ont refusée. Et même mieux, ils n'ont même pas répondu. Sans doute la peur de faire perdre leurs amis au pouvoir dans le département depuis 1971... c'est-à-dire depuis 37 ans !