rose2Dans les Echos du 17 octobre on peut lire : Vingt et un proches de Lionel Jospin ont annoncé hier dans un communiqué qu'ils ne donneraient pas de consignes pour la primaire interne du PS, le 16 novembre, laissant « les militants libres de leur vote ».

Figurent parmi les signataires les anciens ministres Daniel Vaillant, Martine Aubry, Elisabeth Guigou, Jean Glavany et Marylise Lebranchu, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, les parlementaires Bernard Poignant, Kader Arif, Eric Besson, Harlem Désir et Annick Lepetit, ainsi que Raymond Forni.

La méfiance à l'égard de Ségolène Royal domine leur texte : « La gauche doit montrer qu'elle est porteuse de meilleures réponses que la droite, y compris sur les questions d'immigration et de sécurité. Mais elle n'a pas à se laisser entraîner dans une campagne centrée sur le terrain et les thèmes choisis par l'adversaire. » Par ailleurs, l'ancien ministre de la Justice Robert Badinter a déclaré hier dans « Le Parisien » qu'il soutenait Dominique Strauss-Kahn.

Commentaire : Soyons pédagogique. Imaginons que le militant J s'abstienne et que les militants votent de la façon suivante. Royal 3 voix, DSK 2 voix, Fabius 1 voix. Dans ce cas Royal fait 50%, elle est désignée le 16 octobre.

Imaginons maintenant que J vote pour DSK. résultat : Strauss-Kahn 3 voix, Royal 3 voix, Fabius 1 voix. Et un second tour détermine notre candidat.

On voit sur cet exemple que l'abstention favorise le candidat déjà en tête. Ainsi quand J ne vote pas il favorise le candidat Royal ! Si vraiment c'est l'objectif du militant J alors qu'il vote Royal le 16 !!

Bien entendu si J n'aime pas le candidat Royal alors il ferait bien d'y réfléchir à deux fois avant de claironner qu'il ne donne pas de consigne car alors c'est justement ce candidat qu'il favorise.

Nous ne sommes que le 23 octobre et il est encore possible que le militant J re-réfléchisse bien à ce qu'il est en train de faire malgré lui.