Strauss_Kahn_sarcellessticker_DSKLa base de toute notre action, c’est la croissance économique. Elle conditionne notre succès. Sans elle, rien ne sera possible. Mais c’est aussi une question de volonté politique.

Une fois encore, il faut dire la vérité aux Français. Des efforts seront nécessaires. Ces efforts, il y a une mauvaise manière de les faire : des coupes aveugles dans le budget. Et il y a la bonne : établir des priorités.

D’abord, réhabiliter la dépense publique comme instrument de la croissance. Nos marges de manœuvre ne sont pas énormes. Il faudra donc faire des choix.

Certaines dépenses sont prioritaires à mes yeux : l’éducation, la recherche et l’enseignement supérieur, pour permettre à la France de basculer dans l’économie de la connaissance.

D’autres dépenses le sont moins : les subventions aux entreprises ou encore les aides aux familles lorsqu’elles vont vers les familles les plus aisées.

Ensuite, comme je l’ai dit, restaurer les recettes pour dégager des marges de manœuvre. Je reviendrai sur les baisses d’impôt mises en place par les gouvernements de droite et qui ont bénéficié très majoritairement aux ménages les plus aisés.

Je supprimerai les trop nombreuses niches fiscales qui existent aujourd’hui et qui profitent exclusivement à « ceux qui savent ».