Ce samedi se tenait les Etats Généraux du Projet du PS pour 2007 à Toulouse où de nombreux militants du club SD65 sallegendes Hautes-Pyrénées sont allés.

En même temps, se tenait à Paris un grand meeting de Dominique Strauss-Kahn et bien qu’éloignés, nous avons été informé du succès de la rencontre parisienne.

Il fallait faire un choix difficile entre Toulouse et Paris… Toulouse a gagné cette fois.

Le thème était : « La démocratie politique et participative, droits et devoirs du citoyen ».

J’ai choisi l’atelier : Des institutions citoyennes animé par André Vallini (Député PS et connu du grand public pour sa présidence de la commission parlementaire d’enquête sur l’affaire Outreau) en présence de Bertrand Delanoë, maire de Paris.

Je ne ferais pas un compte rendu exhaustif et présenterais seulement quelques points retenus par l’atelier.

rosegen1/ La proportionnelle : Nous souhaitons établir un dose de proportionnelle aux futures élections législatives avec 78 députés élus selon ce mode (Avec la même méthode que pour les députés européens : même nombre 78, même territoire d’élection : des régions ou regroupements de régions) et 499 députés élus au scrutin majoritaire à deux tours.

Cela nécessiterait de refaire le découpage des circonscriptions.

Avec 220 000 habitants, le département des Hautes-Pyrénées perdrait une circonscription (mais pas forcément un député !)

2/ Cumul des mandats : Nous souhaitons que nos parlementaires (députés et sénateurs) n’aient que ce seul mandat électif. C’est le mandat unique.

Ainsi ils pourront redonner à l’Assemblée Nationale (et au Sénat) le pouvoir qu’elle (il) a dans notre Constitution mais dont ils ont été dessaisis par un Gouvernement « pouvoir-ivore » !

3/ La V-ème République : Nous voulons profondément modifier notre Constitution vers plus de parlementarisme, plus de participation des citoyens (dont la capacité d’expertise est actuellement sous-utilisée), plus de clarté entre les compétences des Régions, des Départements, des Communes et de leurs regroupements.

Mais nous ne souhaitons pas nommer cette Constitution la VI-ème pour le plaisir de changer de numéro, ni transformer le Président de la République en une Reine d’Angleterre bis comme certains le propose encore !

Bilan : La salle des Congrès de Labège était pleine à craquer. Les ateliers laissaient de la place aux militants qui pouvaient faire entendre leurs propositions.

Mais avions-nous vraiment la possibilité de changer un projet qui semble se ficeler ailleurs… nous étions nombreux à en douter.

La prochaine fois on ira plutôt voir DSK.